It’s all about the bass ! #1

Bonjour tout le monde ! Il est actuellement 1h50 du matin, nous sommes dans la nuit de vendredi à samedi et je me rends compte que je n’ai pas encore préparé mon article de cette semaine.
Bon, je dis article mais même si je vais essayer de faire un peu de backstory, ça va être un peu différent.

Comme le titre de l’article l’indique on va parler basse aujourd’hui. Alors non, on ne va pas parler des bons gros subwoofers que les fans de tuning installaient dans leur Golf GTI.

Petit exemple pour illustrer mon propos

On va donc parler de l’instrument. Vous savez, ce cousin pas si éloigné que ça de la guitare mais qui est plus gros et a moins de corde ? Vous voyez toujours pas ?
Alors peut être que vous allez mieux vous rendre compte avec ça :

Ces trois premières notes, celles qui font vibrer vos intestins et ordonnent inconsciemment à votre cul de bouger. C’est le pouvoir de la basse. Et rares sont les instruments qui sont capables d’être indispensable au groove d’un morceau, tout en étant aussi discret, puisqu’on remarque encore que beaucoup de gens sont incapables de distinguer la basse de la guitare électrique dans un morceau.
Et cet instrument est à l’image du musicien qui en joue finalement. Demandez à n’importe qui de nommer des bassistes célèbres, peu de gens pourront vous répondre. Alors que Jimi Hendrix, Eric Clapton, Carlos Santana ou encore Kurt Cobain sont beaucoup plus reconnus dans la culture populaire.
Pourquoi ? Parce que le bassiste travaille dans l’ombre. La reconnaissance, il la trouve dans votre déhanchement. Si votre corps bouge, ça veut dire que le bassiste est bon.

Du coup, si j’ai décidé de vous parler musique aujourd’hui, c’est parce que je suis moi-même bassiste. Enfin, je l’ai été très sérieusement dans ma jeunesse puis j’ai arrêté, puis j’ai tenté d’y revenir, puis j’ai encore arrêté.
Je ne dirais pas par lassitude ni par manque de temps puisque j’estime que quand on est capable de passer 100h sur le même jeu c’est qu’on ne manque pas de temps (coucou Persona 5), mais plus par excès de flemme. J’ai toujours aimé cet instrument car grâce à lui j’ai pu découvrir beaucoup de groupes ainsi que des morceaux incroyables qui sont pourtant en dehors de mes goûts musicaux. (Spoiler Alert : Mon morceau préféré de variété française à jouer à la basse est le très célèbre Magnolia Forever que l’on connaît tous.)

Le confinement m’aura permis de ressortir ma vieille basse que je traine depuis 12 ans, celle sur laquelle je joue de manière sporadique. J’ai pu rejouer entre 1h et 1h30 par jour et garder ce rythme-là car comme je l’ai dit plus haut, c’est vraiment un instrument que j’aime. En tout cas, après une semaine à jouer quotidiennement, j’ai pu retrouver de bonnes sensations.
Je vous ai donc pondu une petite cover d’un morceau de Paramore issu de leur dernier album sorti en 2017. Bien entendu c’est loin d’être parfait hein, mais je suis assez content du résultat final !

Je vous laisse donc avec cette petite vidéo et je vous dis à la prochaine !

– Birdy –